For a better experience please change your browser to CHROME, FIREFOX, OPERA or Internet Explorer.

Blog Details

Frisonnement vôtre – Saison 1 Episode 1

Frisonnement vôtre – Saison 1 Episode 1

Auteur : Jacques Audry, Gérant du Haras du Graffard

Lorsqu’Hannah Barreth, la créatrice du site « HorseAdvisor », et du groupe FB « l’Univers du Frison » m’a contacté pour animer une petite chronique hebdomadaire sur le frison et la manière d’aborder son travail, j’ai été enthousiasmé par son projet, et la réponse a été oui tout de suite. Mais par où commencer ? Après quelques hésitations, j’ai opté pour ce qui pour moi caractérise le frison, et j’ai retenu deux points : son histoire et sa morphologie.

Son histoire tout d’abord, celle d’un cheval de trait qui, comme toutes les autres races de chevaux de trait, fut sur le point de disparaitre, mais que la passion et la détermination des éleveurs hollandais fit renaître. On ne peut que saluer la prouesse du studbook KFPS qui a réussi à faire évoluer le frison d’un cheval de trait vers un cheval carrossier, puis vers un cheval de selle et maintenant vers un cheval de sport qui commence à exceller notamment en dressage, pour ne citer que la discipline qui me passionne. Un regret toutefois, celui que la sélection des étalons faite par les inspecteurs du KFPS ait amené à la disparition des reproducteurs de type « baroque ». Peut-être y avait-il la place pour deux modèles dans le frison….Mais c’est ainsi.

Sa morphologie si particulière ensuite, et c’est dans son analyse que l’on comprend que l’on ne peut pas aborder le travail d’un frison comme celui d’un autre cheval. Je retiens deux angles qui me paraissent très importants à noter: l’angle dos – encolure et l’angle tête – nuque, respectivement voisins de 120° et 60° chez le frison alors qu’ils sont beaucoup plus ouverts chez les chevaux de selle. Cette posture naturelle d’encolure d’un frison se traduira par des attitudes au travail parfois contradictoires avec quelques grands principes fréquemment énoncés, en particulier la position du chanfrein en retrait de la verticale. Ce sujet si sensible fera bien entendu l’objet d’une prochaine chronique.

Frisonement vôtre

Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Change Language »